LES CHÂTEAUX DE LA LUNIGIANA

Le château de Castiglione del Terziere
Le château de Castiglione del Terziere

AULLA
LA FORTERESSE DE LA BRUNELLA

La forteresse de Brunella (peut-être dénommée ainsi par la couleur de sa roche avec laquelle elle a été construite) est un exemple typique de construction quadrangulaire dotée d'une fortification conçue pour l'utilisation d'armes à feu. Le potentiel défensif naturel, dépendant du choix particulier de l'emplacement d'un précipice est indéniablement dépendant des choix architecturaux dans lesquels la typologie et les caractères constructifs ouvrent la porte à la modification de la conception des structures défensives pour la modernisation des techniques militaires. Le rez-de-chaussée aujourd'hui est toujours composé d'une série de salles d'ampleurs différentes. Le Brunella a été construit au 16e siècle, probablement par Giovanni. Le coeur de cette forteresse est probablement daté du 18e siècle ou des premières années du 19e siècle, dans une période où les conceptions défensives étaient en constante évolution.
LE CHÂTEAU DE BIBOLA
Le château de Bibola est le résultat de l'addition de différentes constructions de quatre époques. La première époque constructive, probablement du XII-XIIIe siècle, coïncide avec une ligne de la maçonnerie occidentale de l'usine. L'usine générale du château, usine quadrilatérale avec deux tours circulaires, est rapportable à la deuxième époque du XIV siècle. La troisième époque du bâtiment sud-est est assortie de nouveau à la tour de l'angle, avec un diamètre d'environ six mètres et une épaisseur notable. Certains des éléments architecturaux sont parfaitement préservés, la quatrième époque du château, peut être observée au sud est du bâtiment.
LE CHÂTEAU DE BIGLIOLO
Le château de Bigliolo était l'une des fortifications qui protégeait la cour épiscopalienne de Lunigiana, due aux luttes combattues entre les évêques de Luni et les Malaspinas en Val d'Aulella au XIIIe siècle. Bigliolo, après ces contrastes, était la propriété des Marquises de Filattiera avec Bernabò Malaspina. En 1275, il le laissa à son enfant Francis, fondateur de la ligne d'Olivola. En 1412, après le massacre d'Apella, dans lequel le capitaine Rossi di Varano avait tué les deux Marquises d'Olivola, s'est éteint la dynastie de Francis Malaspina et Bigliolo a été soumis aux Marquises Leonardo et Galeotto du chateau dell'Aquila de Gragnola. En 1418, Bigliolo ainsi que les châteaux de l'inimitié d'Aquila passaient sous la domination de Florence. En 1428, Bigliolo est revenu sous la domination des Marquises de Gragnola, jusqu'en 1466, quand à la mort du Marquis Galeotto, sans enfants masculins, a fait disparaître la branche des Marquises de l'Aquila. En 1467 Bigliolo passait au marquis Malaspina Gabriele de Fosdinovo, jusqu'en 1510, après sa mort, son enfant Lazzaro I a commencé la deuxième dynastie des Marquises d'Olivola. En 1523, Giovanni de' Medici dale bande Nere, a acheté l'inimitié d'Aulla, sans confirmation de l'empereur, et a essayé de former une inimitié à Lunigiana attaquant divers châteaux dont Bigliolo. Depuis ce moment la décadence du château de Bigliolo s'est fait ressentir. En 1568, les enfants de Lazzaro I divisèrent la terre en deux parties, Pallerone avec Canova assigné à Spinetta et à Carlo et l'Olivola avec Bigliolo assigné à Camillo et à Troilo. Les deux Marquises ont régné s'alternant annuellement au gouvernement des inimitiés, mais en 1572 Camillo, Carlo et Troilo, ont rendu leurs parts à Spinetta, le seul à être marié. Aujourd'hui de ce château historique reste les ruines, recouvertes de lierre, de la ligne du nord entière de la fortification et de deux tours.
LE CHÂTEAU D'OLIVOLA
Le château d'Olivola dominé par une colline de la vallée de Taverone et d'Aulella appartient au Malaspinas du Spino Fiorito et a constitué une grande inimitié au XIVe siècle. Peu de traces de la construction demeurent de nos jours seulement quelques ruines de ses murailles et de deux grandes tours circulaires. En 1920 le château a souffert du tremblement de terre qui a détruit cette partie de Lunigiana.
LE CHÂTEAU DE PALLERONE
Placé sur le chemin du Cerreto, le château de Pallerone avait pris une certaine importance au 15e siècle. Peu de traces des fortifications, des frontières et des tours demeurent.

BAGNONE
LE CHÂTEAU DE BAGNONE

Le château de Bagnone est dominé par une grande tour cylindrique en pierre, avec des parenthèses, des embrasures et des perforations encadrés par des armatures. La tour est le seul reste du vieux château, entièrement disparu de nos jours et intégré dans de plus petits bâtiments de la villa des comptes Ruschi-Noceti. Parfaitement préservée elle est installée à la place la structure médiévale de la banlieue primitive, articulée en anneaux dégradant vers la vallée. Dans le château il est encore possible de visiter la petite église de San Nicolao, où un pupitre en bois est préservé.
LE CHÂTEAU DE CASTIGLION DEL TERZIERE
Caractérisé par une tour pleine, de forme quadrangulaire, ce château était une forteresse médiévale typique. Il s'est levé sur l'emplacement (VII-VIIIe siècle) d'un bastion bizantin antique qui avait été érigé en position stratégique, sur le dessus d'une colline, dominant la vallée du fleuve de Bagnone et le chemin de Francigena vers Piacenza. Vers le Xe XIIe siècle, c'était le patrimoine du Corbellari, une vieille famille féodale, seigneur du château voisin de Virgoletta. En 1202, il est devenu propriété du Malaspina. L'attribut del Terziere apparu en 1275, parce qu'il faisait partie de la troisième partie de la transmission assignée au marquis Alberto Malaspina de la branche de Filattiera. Restructuré en 1351 par Franceschino Malaspina, le château a atteint sa période d'importance maximum avec la domination de Castruccio Castracani de l'Alteminelli, seigneur de Lucca. A Florence en 1451 il était occupé et établi au centre florentin de la justice pour Lunigiana. La decadence du château a commencé dans la deuxième moitié XVIIIe siècle. Depuis 1969 le château de Castiglione appartient à Loris Jacopo Bononi qui l'a reconstitué et a créé le Centre des études humanistes Niccolò V sont conservées les archives précieuses et une bibliothèque meublée. Le noyau original retrouve sa jeunesse du Moyen-Age et il est reconnaissable dans la subsistance centrale, encerclé par quelques restes du rideau muré. Une haute tour de guet carrée, datée autour du 12ème siècle, est présente à l'avant. Aujourd'hui il n'est pas identifiable puisqu'il a été partiellement incorporé dans d'autres constructions successives. Avec l'élévation du Malaspina le château a été renforcé. Franceschino Malaspina, à la moitié du 14ème siècle, a reconstruit l'aile résidentielle incorporant la subsistance et la grande tour circulaire a appelé la tour de Franceschino le soldat. Pendant les trois siècles de la gouvernance florentine, le château a été adapté à sa nouvelle fonction de résidence pour les magistrats de la seigneurie.
LE CHÂTEAU D'IERA
Situé entre Iera et Compione, il y a quelques restes des murs externes et d'un hall central, alors que la végétation a presque tout couvert. Placé sur une dent de la montagne avec une domination visuelle des torrents Bagnone et Bagnolecchia, sur le chemin de la vallée de Magra à la vallée d'Enza, le château a peut-être contrôlé la frontière avec le fief de Treschietto et le chemin des trafics marchands.
LE CHÂTEAU DE TRESCHIETTO
Les ruines du château de Treschietto sont situées dans une marque suggestive, au-dessus d'une dent sous le Mont d'Orsaro. Treschietto était accessible au Moyen-âge seulement par deux ponts de pierre, par l'intermédiaire des voies de mule et encerclé par les jets Aquetta, Bagnone et Tanagorda. Treschietto était le centre des inimitiés de Giovanni Malaspina avec Vico, Iera et Corlaga, quand l'inimitié plus grande de Filattiera a été divisée en 1351. En 1698 le marquis Ferdinand, le dernier des Malaspina de Treschietto, a vendu son inimitié au grand duc Cosimo III. Les ruines du château sont accessibles seulement du côté nord-est et sont constituées de quelques restes de la clôture du quadrilatère externe, une fois prolongé sur toute la crête de la colline rocheuse, dominée par la tour circulaire. Des bâtiments intérieurs il reste peu de trace. Peu lointain des ruines, en 1969 une statue-colonne a été découverte, aujourd'hui célèbre en tant que Venere di Pietra de Treschietto. Une légende indique que dans les sous-sols de château est caché une petite vache d'or.

CASOLA
LA TOUR DE CASOLA IN LUNIGIANA

À l'intérieur du village muré de Casola dans la région de Lunigiana se dresse la tour cylindrique, symbole du village. Il est probable que les restes soient ceux d'une vieille fortification quand la ville de Lucca régnait sur ces terres, autour du XIVe siècle. La tour faisait partie d'un système de protection composé par un bâtiment encerclé, auquel a été placé un deuxième puis un troisième mur. Après avoir eu des fonctions militaires, elle est devenue le clocher de l'église de Santa Felicita. Au XVIIIe siècle il a été essayé de l'embellir avec un artifice qui a consisté à lui construire une nouvelle tour octogonale ce qui a causé à la structure faible d'être endommagée en 1920 par le grand tremblement de terre de Lunigiana. La tour a été alors abaissée et en 1939 elle a été reconstruite comme nous pouvons la voir aujourd'hui.
LE CHÂTEAU DE CODIPONTE
Sur le dessus d'une colline, dans le village de Codiponte, des ruines imposantes indiquent la présence du château, une fois les passages vers Luni franchis ainsi que la montagne et Fivizzano. La structure du bâtiment est quadrangulaire, articulé dans divers corps intérieurs presque totalement couverts par des ruines et de la végétation. Dans la partie occidentale on peut encore observer l'entrée de la porte. La date de naissance du château, ou sa reconstruction radicale, rappelle la dernière période du marquis Malaspina du vallon de Castel' Aquila, en 1393, quand elles ont substitué le Malaspina de Verrucola.

COMANO
LE CHÂTEAU DE COMANO

Le château de Comano était le fief de la famille d'Estensi, comme le château de Groppo San Pietro. Du château antique il reste maintenant seulement les ruines imposantes et la tour cylindrique antique, très semblable à celles de Malgrate et de Treschietto. La tour a été récemment reconstituée.
LE CHÂTEAU DE GROPPO SAN PIETRO
Le château de Groppo San Pietro a été érigé en position clé pour contrôler les raccordements à l'étape de Linari et de la région d'Emilia. Construit probablement par la famille d'Estensi, il fut le domaine de Moregnano puis de Malaspina. Obizzo de Filattiera puis son fil Bernabò menèrent les combats contre l'empereur. Presque invincible, le château a eu une énorme importance dans les conflits du XIIIe siècle qui a déterminé les destins de Lunigiana. Malheureusement la colline instable où il était construit a fragilisé la stabilité du château antique, dont les restes sont constitués à partir d'une base quadrangulaire de tour et des traces des ville-murs.

FILATTIERA
LE CHÂTEAU FILATTIERA

Le château de Filattiera a été érigé par la famille de Malaspina au 14ème siècle. Articulé des deux côtés de la place publique principale et encerclé d'un jardin large, le château est un bâtiment imposant, récemment restauré. À l'intérieur, le château est très évocateur, conservant le modèle classique de trois halls de grandes dimensions, utilisés comme le hall de représentation de la famille.
LA TOUR SAN GIORGIO
Ce qui reste du vieux château de Saint George, à l'extrémité du sud-ouest du village muré, est l'église romane et la tour. La tour a été construite au XIIe siècle et reconstituée dans la dernière partie du XIVe siècle. Elle a été habitée sur le premier étage, avec un accès à quatre mètres de hauteur. La tour a été récemment datée aux environs du XIe siècle. La colline où elle se tient est séparée du village et a été par le passé entourée par des murs sur les trois autres côtés, depuis le XIIe siècle.
LES MAISONS TOUR
Dans la basse vallée du torrent Caprio, on peut voir diverses maisons tours témoins d'une période médiévale difficile. Elles sont datables du XIVe siècle, ou au commencement du XVe. Les maisons tours sont de bases carrées, constituées à partir d'un rez-de-chaussée sans portes ni fenêtres, accessibles seulement de l'intérieur, de porte principale accessible par des escaliers en bois, de deux plus hauts étages avec de petites fenêtres et des escaliers intérieurs. Leur présence dans cette zone est expliquée parce le fait qu'au Moyen Age il s'agissait de la frontière entre le fief de Filattiera et la Commune de Pontremoli.

FIVIZZANO
LE CHÂTEAU DE VERRUCOLA

Le château du Verrucola, avec sa taille spectaculaire, est un exemple précieux d'architecture médiévale. Documenté pour la première fois en 1044, c'était l'endroit de la famille de Bosi au XIe siècle, une des familles de descendant, avec le Bianchi d'Erberia, de Rodolfo de Casola, vassal de la comtesse Mathilde de Canossa. A Spinetta en 1300, Malaspina Le Grand est devenu propriétaire du château. Le tremblement de terre de 1481 a causé l'appauvrissement de la zone et du château. Au XVe siècle a été construit, à l'intérieur du château, une église avec un beau loggiato avec des voûtes de pierre sereine. Le château de l'extérieur est remarquable par sa forme carrée, sa grande tour, son rideau muré et la banlieue médiévale à ses pieds. De nos jours, le château a été reconstitué par l'artiste Pietro Cascella. C'est une propriété privée, ouverte au public le vendredi.
LE CHÂTEAU DU FAUCON
Le château del' Aquila, le château du faucon, est une structure imposante, située sur une colline dominant les courants Lucido et Aulella. Peut-être il fut construit par les familles nobles locales entre le IXe et le Xe siècle, très probablement par Bianchi d'Erberia. Le château et ses fiefs sont passés à Spinetta Le Grand dans la période qui a coïncidé avec son expansion à Lunigiana oriental. Le nom château del' Aquila est apparu la première fois dans le testament du marquis Antonio de Guglielmo Malaspina de Fosdinovo en 1374. On se rappellera surtout le gouvernement du Malaspina pour sa cruauté et son désir d'expansion qui n'a pas sauvé leur propre famille. Les Marquises de Gragnola ont commandés en 1418 les abattages de la famille entière des Marquises de Verrucola et de Fivizzano afin de mettre la main sur leurs fiefs. Seulement le petit Spinetta a survécu, auquel le château a été légué avec l'intervantion de la famille de Medici. Aujourd'hui, le château est un bâtiment en pierre subissant en restauration, après le déclin des Marquises Malaspina et le tremblement de terre dévastateur de 1920. Il est caractérisé par une subsistance quadrilatérale, avec quatre étages, trois tours angulaires, la porte principale d'accès est celle de la face nord-ouest. Après l'entrée, une deuxième porte, protégée par deux échappatoires, mène à la salle intérieure. Le château a sa propre église.
LA TOUR DE VIANO
Le château de Viano, dans la vallée des courants Lucido, a été probablement construit sur un ancien emplacement romain. Au Moyen Age, il a pris de l'importance avec la cour du Bianchi d'Erberia, et a puis est passé sous la possession des Marquises Malaspina à l'époque de Spinetta Le Grand. Reste aujourd'hui seulement la tour cylindrique, sur le sommet de la colline, positionnée d'une manière concentrique.

FOSDINOVO
LE CHÂTEAU DE FOSDINOVO

Le château de Malaspina de Fosdinovo a été construit sur un point stratégique qui lui a permit de contrôler l'embouchure maritime des Apennines et la région intérieure de Lunigiana. Le premier souvenir concernant le château de Fosdinovo remonte à 1124 où il était le fief du Bianchi de la famille d'Erberia, sous la commande de l'évêque du Luni. En 1317 les marquises Malaspina, attachées à la cause de Ghibelline, se sont levées pour conquérir et défaire la puissance épiscopale au-dessus de ces terres du chef de la famille Spinetta qui avait pris possesion du château et a transféré le centre de son dominion à partir du château de Verrucola à Fosdinovo et a donné au château son arcitecture actuelle. Après une brève possession de Castruccio Castracani, gentleman de Lucca, Fosdinovo est revenu définitivement au Malspina en 1334. La forteresse imposante, élargie et restructurée entre la fin du XIVe et les débuts du XVe siècle, est devenue le centre politique et militaire du Malaspina du Spino Fiorito. La subsistance originale du 12ème siècle a été élargie avec des tourelles et une tour cylindrique, remparts de ghibelline vers la région de Lunigiana et avec des tours sur les murs faisant face au village. Son dernier seigneur était Carlo Emanuele qui a perdu le château en 1796, avec la fin de la politique de fiefs due à Napoléon. Retourné en possession du Malaspina avec le marquis Alfonso, il est revenu à sa splendeur originale au XIXe siècle. À l'intérieur du château il est possible d'admirer la salle de Dante, une légende indique que le poète a passé quelques jours au château, le mystérieux bien de l'oublie du marquise Cristina Adelaïde Pallavicino, mariée d'Ippolito Malaspina, où ses amoureux ont été attirés dans la salle et puis ont été jetés dans une fosse de lames. Le château est privé mais il est ouvert de visites toute l'année.
LE CHÂTEAU DE PONZANELLO
Placé sur une colline, au pied dont nous trouvons le village, le château de Ponzanello est aujourd'hui une ruine qui donne seulement un aperçu de la forteresse antique. Depuis ses origines, il était l'endroit préféré de beaucoup d'évêques de Luni. C'était alors la possession de Malaspina de Fosdinovo, de Verrucola et de Gragnola. La fortification de résidence a été construite entre le XIVe et XVe siècle. La première documentation écrite du château date de 1185, avec le code Pelavicino, une collection de documents du XIIIe siècle conservée dans l'Archivio Capitolare de Sarzana. En 1239, Federico II a conquis le château en 1251 mais les évêques du rettok de Luni en ont repris sa possession.

MULAZZO
LE CHÂTEAU DE MULAZZO

Le château de Mulazzo a toujours une base rectangulaire, avec la cour et une tour massive intacte. Pour son importance stratégique, il a été détruit plusieurs fois, et les dernières restructurations remonte au XVIIe siècle. Dans le deuxième emplacement les châteaux avaient été surélevés. L'ancien a été probablement construit avec la tour, levée sur le chemin vers Casoni et la bonne partie du fleuve Magra. Il a été abandonné et remplacé au XVIe siècle par une nouvelle construction sur la partie opposée du village, aujourd'hui disparue. Demeurent aujourd'hui les restes de la grande tour hexagonale, la prétendue tour de Dante où le grand poète avait été hôte.
LE CHÂTEAU DE CASTEVOLI
Les ruines du château de Castevoli se tiennent au-dessus du petit village habité, sur une colline de dont le panorama remarquable est apprécié. Le château et le village ont été reconstitués par Tommaso Malaspina au XVIe siècle, ce qui a agrandi la structure unifiant les restes et la tour créant une résidence élégante.
LE CHÂTEAU DE GAVEDO
Le château de Gavedo fait partie d'un système de défense plus large, une ligne enrichie qui du château descend à la vallée, suivant une série de tours : la tour contemporaine dans le palais de la famille de Brignole-Vente, la prétendue tour du soleil et finalement la tourelle à côté du fleuve. Le château a un petit morceau quadrangulaire régulier imposant de structure avec une tour carrée médiévale encerclée par la première clôture d'un bâtiment et une partie résidentielle postérieure, remontant au XVII-XVIIIe siècle.
LE CHÂTEAU DE LUSUOLO
Le château de Lusuolo se tient sur l'extrémité nordique du village enrichi, dominant la vallée du Magra devant la villafranca. Le bâtiment est articulé autour d'une cour en trapèze avec des salles datant de différents âges. Les structures verticales furent entièrement réalisées en pierre de rivière et de grès.
LE CHÂTEAU DE MONTEREGGIO
Montereggio il n'y avait pas une résidence appropriée au marquis. Le marquis habitait au fief de Pozzo avec Montereggio en 1573. Le château a l'aspect d'un palais avec des tours semi-circulaires, placées près de l'église de Saint Apollinaire, une église fortifiée. PODENZANA

PODENZANA
LE CHÂTEAU DE PODENZANA

Aujourd'hui, le château de Podenzana est le résultat d'une reconstruction remontant aux années 50 et employant du ciment blindé, qui fut beaucoup critiquée. Le château est mentionné dans le document de fondation de l'abbaye de Saint Caprasio à Aulla, datée de 884. Le château et le village de Podenzana ont été sujets de guerre entre les évêques de Luni et la famille de Malaspina pendant le XIIe siècle. Dans l'accord stipulé en 1201, le Malaspina a été obligé de démolir le château avec l'interdiction de le reconstruire. Le château est devenu possession du Malaspina au XIIIe siècle. Au début du XVIIIe siècle, il a subi des dommages sérieux en raison de la guerre de succession espagnole. Le château, de la propriété privée, n'est pas ouvert au public.

PONTREMOLI
LE CHATEAU PIAGNARO DE PONTREMOLI

Le château de Piagnaro, situé au dessus de la colline dominant l'approche nordique à Pontremoli, fait partie d'un système de murs et de tours érigés pour la défense de la ville pendant son histoire. Son nom vient de la colline où il a été érigé, appelée Piagnaro en raison du piagne fait avec le grès du monticule pour couvrir les toits. La forteresse originale a été probablement construite entre le IXe et le Xe siècle. Détruit par l'empereur Enrico V en 1100, elle a été reconstruite en 1167, le château a arrêté l'armée avançante de Federico I. Il a été détruit encore en 1243 par le curé de l'empereur Federico II, et en 1329. La structure moderne remonte à la reconstruction du XIVe siècle, effectuée par la faction de Ghibelline. Aujourd'hui, la partie la plus antique est la tour nordique semi-circulaire en raison de nombreux réarrangements, le château ressemble à une forteresse. Depuis 1975, le château est la maison du musée archéologique de statue-Stele de Lunigiana.
LA TOUR DE SERATTI OU DE CASOTTO
Sur la partie méridionale du village médiéval, au confluent du courant de Verde et du fleuve de Magra, nous trouvons l'entrée du bas village au pont de San Francesco di Sotto. La tour du Seratti, d'une une vieille famille noble de Pontremoli, ou appelé aussi de Casotto, par le nom d'une maison élégante, a été érigée pour sa défense au XIVe siècle. La porte et la tour font une partie de la structure intérieure de Pontremoli, défendue à partir de l'environnement naturel entre les deux cours d'eau et à partir du château de Piagnaro au nord.
LA TOUR CACCIAGUERRA OU CAZZAGUERRA
La tour de Cacciaguerra, également connue sous le nom de grande tour cloche, est située au sein du centre historique de la ville, entre les places Duomo et Republica. Érigée en 1322 sous Castruccio Castracani, seigneur de Lucca, elle faisait partie d'une forteresse qui a séparé en deux la ville, déchirée par les combats entre Guelphs et Ghibellines. Le mur a fonctionné du Verde au Magra et il a été défendu par trois tours. La centrale était la tour du Cacciaguerra. Aujourd'hui aucune ruine de la tour ne reste sur le Verde, alors qu'on distingue toujours celle du Magra. La tour a été soulevée au XVIIe siècle et reconvertie en tour de cloche.
LA TOUR GRONDOLA
Grondola est situé sur la colline qui divise le courant de Verde du Magriola, dominant le chemin vers Bratello et le passage de Borgallo. Le château était une possession de la famille de Malaspina du temps d'Obizzo le grand au XIe siècle. Pour son importance stratégique, elle était le centre des combats entre Piacenza, Pontremoli et Parme. Le château a commencé à perdre de l'intérêt quand le passage du bâti Bardone est devenu le chemin préféré vers la Toscane. Aujourd'hui il reste seulement les ruines d'une tour.

TRESANA
LE CHÂTEAU DE TRESANA

Le château de Tresana est aujourd'hui une ruine située sur une colline dominant un hameau. Il a été probablement fondé par le Longobards et a été possession de Federico Barbarossa et d'Obizzano Malaspina de Mulazzo. Le château a une base en parallélépipède et est doté d'une tour quadrangulaire. Le fief a eu le privilège de monnayer des pièces de monnaie, qui à Lunigiana était exclusivement réservé aux inimitiés de Massa et de Fosdinovo.
LA VILLA DE TRESANA
La villa de Tresana est en parfait état aujourd'hui. Elle était probablement d'origine du quatorzième siècle avec un parallélépipède formé et plus tard, au XVe siècle, a été prolongé avec deux tours cylindriques, diagonalement placées à la base dont nous pouvons encore noter les fentes pour les armes à feu. Au siècle dernier il a été utilisé pour le stockage des fermes mais il a été récemment reconstitué.
LE CHÂTEAU DE GIOVAGALLO
Les ruines du château de Giovagallo émergent avec difficultés compte tenu de la végétation. Elles sont ateignables par un chemin près d'Agneda. Bien que ce soit un endroit charmant, Dante a rencontré Alagia Fieschi, l'épouse de Malaspina de griotte, qui, selon la légende, l'a persuadé de finir la Commedia, et rencontré Manfredi, le fils de Corrado l'Antico.

VILLAFRANCA A LUNIGIANA
LE CHÂTEAU DE MALNIDO

La construction originale de cette forteresse coïnciderait avec la construction de l'église de Saint Nicolò. Construit sur une montagne rocheuse, la fonction du château était le contrôle des routes et des péages le long du chemin de Ferancigena, au confluent du fleuve de Magra et du courant de Bagnone. Peut-être, pour cette raison, il est appelé Malnido depuis le XIIe siècle. Détruit par les bombes de la deuxième guerre mondiale et la construction de la ligne ferroviaire, les ruines du château sont cachées par une végétation dense.
LE CHÂTEAU DE MALGRATE
Le château de Malgrate avait à l'origine seulement des fonctions défensives, dominant la vallée du fleuve Bagnone, avec sa tour ronde caractéristique, qui contrôlait les routes venant du passage de Cisa, de l'Appennines et du Garfagnana. Au XIIIe siècle, après la division entre le Spino Secco et le Spino Fiorito, le Malaspina de Filattiera a décidé d'ériger le premier noyau du château. Quand il est devenu indépendant en 1351, le château a été renforcé par des fortifications et des fossés. En 1641 il passait sous possession des Marquises Ariberti de Crémone et la forteresse a été transformée en résidence fortifiée. Après la fin du féodalisme, le château a été abandonné puis restauré. Le château garde son aspect médiéval typique, avec un rideau muré trapézoïdal et les guelphs, échappatoires, tourelles, murs et la tour qui gardent encore leurs origines avec les machicoulis. Du côté occidental du château on trouve la porte qui mène à laplace du village.
LE CHÂTEAU DE VIRGOLETTA
L'origine du château de Virgoletta remonte au XIIe siècle, quand une tour basse carrée et des murs furent construit sur la colline Vignale. Le hameau a pris le nom de cette fortification, de la transcription du Verrucoletta à Virgoletta. Le château a souffert de beaucoup de modifications pendant des siècles. En 1449, Galeotto Campofregoso l'a transformé en palais élégant. Le travail a été apporté à une extrémité par le Malaspina au XVIe siècle. Pendant la deuxième guerre mondiale, le château est devenu le centre d'un commando allemand.

ZERI
LE CHÂTEAU DE ZERI

Près de Patigno, dans la localité appelée Castello il y a trace des murs de l'ancien château. Le prétendu Castrum Zirri aujourd'hui a totalement disparu. En 1226 les troupes de Piacenza et de Malaspina ont assiégé le château sans le conquérir. Une légende indique que la dernière Marquise Malaspina a été tuée d'un coup de fusil par le père d'une fille de la famille Osti, contre "ius primae noctis".